La loi de finances 2022
La loi de finances 2022 publiée au journal officiel

Derniers articles

La loi de finances 2022 publiée au journal officiel
02 janvier 2022, 14:19
Traverser la pandémie de COVID-19 : note de la banque mondiale
21 janvier 2021, 13:45
Hydrocarbures: la valeur des exportations atteint 20 mds de dollars en 2020
17 janvier 2021, 17:02
Baisse de 18% de la valeur des importations algériennes en 2020
16 janvier 2021, 13:19
La valeur du dinar
13 janvier 2021, 14:15

La Loi de finances pour l’année 2022, est considérée comme révolutionnaire, elle sonne le glas de la fin des subventions universelles et généralisées, considérées comme le socle du modèle économico-social algérien.  

En effet, le budget de l’Etat algérien est caractérisée par un niveau élevé de la dépense publique, qui s’explique par une forte socialisation des interventions de l’Etat, avec un poids important des transferts et subventions, dans les différents domaines : Éducation, santé, sociale, culture et économie. Les dépenses de transferts et d’interventions représentent 20% du PIB, ce qui place l’Algérie comme l’un des pays les plus redistributeurs dans le monde.   

Ce virage à 180° des politiques publiques se traduit par la fin du soutien de l’Etat à la couverture de dépenses à travers le soutien aux produits alimentaires de base (céréales, lait, huile, sucre), aux produits énergétiques (électricité, gaz, eau).    

Les chiffres clés du budget de l'État

Pour vous informer autrement, algeria.business édite les chiffres clés du budget de l’État. En effet, chaque année une « loi de finances » est proposée par le Gouvernement qui prévoit et autorise l’ensemble des ressources et des dépenses du budget de l’État pour l’année civile. 

Le budget de l’État correspond à l’ensemble de ses ressources et de ses dépenses. L’essentiel des ressources provient des impôts et des taxes payées par les citoyens et les entreprises, dont la fiscalité patrolière qui constitue la plus grande source des recettes. Les dépenses correspondent à l’argent que l’État utilise pour financer l’action publique : Éducation, police, justice, recherche, filet social et investissements publiques. 

Les chiffres clés du budget de l’État est une fiche de synthèse des grands indicateurs budgétaires de la loi de finances initiale, et la Loi de finances complémentaires le cas échéant, telle que votée par le Parlement : montant des recettes,  plafonds des autorisations d’emplois par ministère et répartition par nature des charges budgétaires de l’État (dépenses de fonctionnement, dépenses d’investissement) et solde budgétaire sont ainsi détaillés.

 

Chiffres clés

0
Millards de DA
0
Millards de DA
0 -
Milliards de DA

Cadrage macro-économique et financier

Les projections macro-économiques sur l’année 2022 tiennent compte des niveaux de réalisations antérieures, des perspectives des secteurs économiques et des capacités objectives de mise en œuvre des politiques économiques. En outre, elles tiennent compte de l’environnement économique national et international.  

 

 

Voici les principaux indicateurs du cadrage macroéconomique et financier pour la période 2022-2024.

 

  • Le prix de référence du baril de pétrole brut a été fixé à 45 dollars pour la période 2022-2024 
  • Le prix de marché du baril de pétrole brut a été fixé à 50 dollars pour la période 2022-2024 
  • Le taux d’inflation est estimé à 3,7 % en 2022 et 2023 et à 3,8 % en 2024 
  • Il est prévu que la croissance économique atteigne 3,3 % en 2022 avant de se stabiliser en 2023 et 2024 à près de 3 % 
  • Taux de change moyen USD/DA : 149,3 dinars algérien pour 1 dollar américain , pour l’année 2022 
  • Il est prévu que les recettes hydrocarbures reculent en 2022 à 27,9 milliards de dollars (Mds USD) (contre 32,4 Mds USD en 2021) tandis qu’il est prévu qu’elles se stabilisent à hauteur de 28,1 Mds USD en 2023 et 28,2 Mds USD en 2024 sur la base d’un prix du marché de 50 dollars/baril de pétrole brut « Sahara Blend » durant la période de prévision
  • Il est prévu que les importations de marchandises enregistrent en 2022 une baisse de 5,4 % atteignant 31,8 Mds USD et 31,2 Mds USD (-1,9 %) en 2023 et 30,8 Mds USD (-1,3 %) en 2024.
coins-1015125_1920

La loi de finances 2022,  prévoit 5 683,22 Mds de DA [38,06 Mds US$], de recette totale : 

– La fiscalité pétrolière budgétisée s’élève à 2 103,91 Mds de DA [14,62 Mds US$] – (contre 1 927,07 Mds DA en 2021, 14,1%).

– Les recettes fiscales vont connaitre une baisse 11,5 %, passant à 3 579,31 Mds de DA [23,97 Mds US$]  (contre 3 856,5 Mds de DA en 2021, -2,98%).

Les recette pétrolière sont estimé à 27,9  MDS $US sur la base d’un baril à 45 US$ en moyenne pour l’année

 

0
Ressources totale MDS DA
0
Ressources ordinaire MDS DA
0
Fiscalité pétrolière MDS DA
0 $
Pétrole (prix de référence)
0
Taux de change DA/$

Recettes budgétisées, détail des chiffres

Recettes de l'Etat budgétisées en 2022

Evolution des recettes budgétisées

Recettes budgétisées ordinaires

Contribution des ressources ordinaires à la couverture des dépenses de fonctionnement

La Loi Organique sur la Loi de Finance (LOLF), dans l’article 3 incite l’Etat à privilégier la couverture de ses dépenses de fonctionnement par des ressources ordinaires. Le taux de couverture est fixé par la loi de finances.

Recettes ordinaires :                  3 579 310 000  000

Dépenses de fonctionnement : 6 311 530 000

Ratio :  3 579 310 000  000/ 6 311 530 000 = 56,7%

 

Consulter le dossier consacré aux recettes de l'Etat

Pour aller dans le détails

Consulter le dossier
savings-2789137

Pour 2022 les dépenses budgétaires se situent à 9 858,43  Mds de DA [57,05 Mds US$] (contre 8 642,68 Mds de DA en 2020 LFC ).

– Les dépenses de fonctionnement s’établissent à 6 311,53 Mds de DA [66,03 Mds US$] (+ 5,1% par rapport à 2022).

– Les dépenses d’équipement vont connaitre une hausse de 6,8% pour se situer à 3 546,90 [23,76 Mds US$]

0
Fonctionnement en Milliards DA
0
Fonctionnement (Transferts sociaux)
0
Equipement AP en Mds DA
0
Equipement CP en Mds DA


Dépenses de fonctionnement

Les dépenses de fonctionnement assurent la couverture des charges ordinaires nécessaires au fonctionnement des services publics dont les crédits sont inscrits au budget général du l’État.  Ça comprends notamment : les rémunérations d’activité ; les pensions et allocations ; les charges sociales ; le martériel et fonctionnement des services ; les travaux d’entretien des immeubles ; les interventions publiques, les actions éducatives, culturelles, économiques,..etc.

Evolutions des dépenses de l'Etat

Crédits de fonctionnement par ministère

Crédits de fonctionnement par ministères (six premier ministères)

Dépenses en % du PIB (six premier ministères)

Evolution des budgets des principaux ministères

Crédits de fonctionnement par titres de dépenses
(grandes fonctions de l'Etat)

Evolution des dépenses en transferts sociaux


Dépenses d'investissement

Les dépenses d’équipement sont constituées d’opérations d’investissements et d’opérations en capital. L’inscription de ces opérations doit être prévue par la loi de finances sous forme d’autorisation de programme (AP) et le financement sous forme de crédit de paiement (CP).

  • Les autorisations de programmes constituent la limite supérieure des dépenses que les ordonnateurs sont autorisés à engager pour l’exécution des investissements planifiés. Les autorisations de programmes demeurent valables sans limitation de durée jusqu’à ce qu’il soit procédé à leur annulation
  • Les crédits de paiement représentent les dotations annuelles susceptibles d’être ordonnancée, mandatées ou payées pour la couverture des engagements contractés dans le cadre des autorisations de programmes correspondantes. Les crédits de paiement sont les tranches annuelles de financement des autorisations de programmes.

Crédits des programmes d'équipements par secteurs et par activité

savings-2789137
0
Solde budgétaire
0
Solde global du trésor
0
Dette interne
0 $
Dette externe
0
FRR

La balance des paiements est un état qui retrace l’ensemble des échanges de biens, services et de capitaux pendant une période donnée entre les agents économiques résidents d’un pays et le reste du monde. Ses différents postes, notamment le compte courant, sont scrutés par le gouvernement et la banque centrale pour piloter la politique économique.  

Le compte courant retrace la somme des échanges internationaux de biens (balance commerciale) et de services (balance des services).

 

Balance commerciale : 

Les recettes des exportations d’hydrocarbures pour l’année 2021 devraient augmenter par rapport aux clôtures 2020 et s’établiraient à hauteur de 23,21 Mrds $US, suite à la progression des quantités prévues à exporter (en vertu de l’accord pétrolier G-20/OPEP de mars 2020, l’Algérie voit donc son niveau d’exportation de brut remonter de 407,000 barils/jour à 455,000 barils/jour (pour la période janvier 2021-avril 2022); Ainsi qu’un effet prix puisque les prix du baril de pétrole ont connu une certaine amélioration ces derniers mois pour se situer à environ 45 dollars

Les importations de marchandises devraient baisser 28,21 Mds $US

Déficit commercial de -3,6 Mds $US

Compte courant :

Le déficit du compte courant devra enregistrer une baisse de -10,6% par rapport au Produit intérieur brut (PIB) à la clôture 2020 puis à -2,7% en 2021. 

Evolution du solde du compte courant en US$

Le solde budgétaire:

Le solde budgétaire c’est la différence entre les recettes et les dépenses budgétaires prévisionnelles. Si le solde est négatif, on parle de déficit. 

Evolution du solde budgétaire

Réserves de changes :

Les réserves de change enregistreraient une contraction continue pour s’établir à  47 MDS/USD en 2021, avant une reprise progressive lors des deux années suivantes. Soit près de 16,2 mois d’importations de marchandises et de services hors facteurs de production.

Evolution des reserves de change

Flux d'épargne publique :

Le flux d’épargne publique (recettes totales moins dépenses de fonctionnement) est de 1 395,0 milliards de dinars contre 1425 milliards de dinars en 2017, soit une épargne de 22,0 %, plus proche de celle de 2014 (21,7 %) que de celle de 2016 (10,3 %).

 

Recettes totale :                            6 289 723 000

Dépenses de fonctionnement :  4 893 439 095

Epargne totale : 6 289 723 000 – 4 893 439 095 =  1 396 283 905

 

Ce montant d’épargne publique peut financer les dépenses d’investissement de l’Etat à hauteur de 47,66 % contre 54,2 % en 2017, dégageant ainsi un besoin de financement au titre du solde budgétaire de 1 230 milliards de dinars. Cependant, au titre du solde global du Trésor, le besoin de financement est de 1 533,4 milliards de dollars. Le gouvernement n’a pas annoncé comment il va faire pour le financer. 

Trésors: 

Le déficit du Trésor public se situera à 17,6 % du Produit intérieur brut (PIB).

Situation résumée des opérations de trésorerie (SROT)

Les derniers indicateurs publiés

Donnez vous de la visibilité

© 2019, AlgeriaBusiness. All Rights Reserved.