Industries 2019

La présente publication donne un aperçu des principaux paramètres de l’activité industrielle en Algérie. La publication traite de de l’industrie au sens large, hors hydrocarbures. Des études spécifiques sont disponibles pour les d’activités des sous secteurs de l’industrie, comme les industries agroalimentaires, les industries mécaniques et un dossier est dédié aux industries des hydrocarbures.

Avertissement : l’ensemble des informations contenues dans cette publication provient soit des publication public de l’ONS, des douanes, la DGPP, ou des publications dans la presse

Sommaire

Classement dans la nomenclature

En première approximation, relèvent de l’industrie les activités économiques qui combinent des facteurs de production (installations, approvisionnements, travail, savoir) pour produire des biens matériels destinés au marché.

Une distinction est généralement établie entre l’industrie manufacturière et les industries d’extraction mais le contour précis de l’industrie dans chaque opération statistique est donné par la liste des items retenus de la nomenclature économique à laquelle cette opération se réfère. 

La Nomenclature algérienne des activités NAA rev1 classe les industries extractives dans la section B et les industries manufacturières dans le section C. 

Suivant la méthodologie de la production des statistiques de l’ONS on isoleras l’industrie des hydrocarbures à pars pour les données du secteur industrielle.

 

Importance de la branche

Dès l’indépendance, l’Etat algérien a fait de l’industrie un choix incontournable pour le développement du pays. Cependant, en dépit des réalisations importantes, l’industrie algérienne, passant par divers stades de turbulences, n’arrive toujours pas à trouver ses repères et n’arrive pas à se diversifier et à être compétitive au niveau international. L’industrie des hydrocarbures reste la première industrie du pays et la seule source de revenus du pays. 

 

Pour l’évolution historique de l’industrie algérienne, on distinguera deux périodes :

– La première période (1962, 1985), peut être caractérisée comme le processus d’industrialisation dans une économie administrée. Dans cette période l’Etat opte pour une industrie lourde (industries-industrialisantes) capable d’irradier positivement l’économie, avec la constitution de grandes entreprises public, le secteur privé est réduit à l’artisanat.
– Le contre-choc pétrolier de 1986 constitue un pivot puisqu’il va amener la fin du monopole industriel public. La seconde période qui commence en 1986, est caractérisée par la dialectique naissante entre État et marché qui suscite bien des hésitations quant au rôle de l’État et se traduit par la désindustrialisation et l’immobilisme politique.

Les indicateurs et indices clès

  • Production industrielle
    La production industrielle désigne la production des entités industrielles et recouvre des secteurs tels que l'extraction minière, les activités manufacturières, électricité, gaz et eau et climatisation. Cet indicateur prend la forme d'un indice qui exprime les variations de volume de production par rapport à une période de référence.
  • L'indice de la Production Industrielle IPI
    Sert à mesurer la variation des quantités produites dans les secteurs industriel. Son élaboration est fondée sur les changements qui affectent aussi bien la population des entreprises de production que la structure de la production et de la valeur ajoutée. 
    L’IPI a vocation à mesurer l’évolution de la production industrielle et non son niveau.
    L’objectif théorique de l’indice de l'IPI est de refléter les variations en volume de la valeur ajoutée de l’activité industrielle plutôt que l’évolution de la production totale.
    Lire plus
  • L'indice des Prix à la production Industrielle
    Les indices des prix à la production industrielle mesurent les variations des prix « départ usine » des produits. Ils excluent toutes les taxes, marges de transport et marges commerciales que l’acheteur peut avoir à payer.
    Lire plus
  • Taux d'utilisation des capacités de production
    Le taux d'utilisation des capacités de production (machines et équipements) est égal au ratio entre les capacités de production effectivement mobilisées pour la production et l'ensemble des capacités de production potentiellement disponibles à une date donnée.
    Lire plus

Activité industrielle - Principaux chiffres - 2019

Production