Situation monétaire

Chiffres clefs

- 0 M$
Balance des paiements (2018)
0
Réserves devises MD $
+ 0 %
Masse monétaire
0
Dette extérieure MLD $

Comment s’y retrouver dans toutes les publications sur l’économie algérienne ?  Comment identifier les chiffres clés ? Comment aller à l’essentiel ? Algeria Business vous donne les clefs de compréhensions. 

Retrouvez ici toutes les statistiques des principaux agrégats monétaires de l’économie algérienne avec mise à jour régulière suivant les publications de la Banque d’Algérie et du ministère des finances.

courthouse-303370_640
Balance de paiements

La définition de population englobe tous les résidents indépendamment de leur statut légal ou de leur citoyenneté, à l’exception des réfugiés qui ne sont pas établis en permanence dans leur pays d’adoption. Ceux-ci sont généralement considérés comme faisant partie de leur pays d’origine.

Pour aller loin cliquez ici 

Peu de documents de comptabilité nationale ont autant d’importance que la balance des paiements. Ses différents postes, notamment la balance commerciale et le compte courant, sont scrutés par le gouvernement et la banque centrale pour piloter la politique économique. En effet, ce sont ces postes qui récapitulent le solde des échanges entre un pays et le reste du monde.

Calcul et évolution

- 0
Balance des paiments
- 0
Compte courant M$
- 0
Balance commerciale marchandises M$
0
Compte Capital

Balance des paiements 2018

Le profil de la balance des paiements en 2018 , se présente comme suit:

Le compte courant : a enregistré un déficit moins important à celui de 2017 (-21,76 milliards de dollars), soit un -16 690 milliards de dollars, soit un recul de près de 25%.

→Exportations de biens :  l’exportations des hydrocarbures de +17,2%, correspondant à une plus-value de l’ordre de 5,7 Mrds US $.

→Importations de biens :  les importations de  biens (FOB) ont connus  une quasi stagnation – 0,8%. 

Conséquence de l’augmentation des exportations et du léger recul des importations, le déficit de la balance commerciale s’est résorbé de 5,03 milliards de dollars en 2018, passant de 20,13 milliards de dollars en 2016 à 14,17 milliards de dollars en 2017.

→Poste services  hors facteurs : le creusement du déficit de ce poste continue, il est en quasi stagnation à 8,170 milliards de dollars après avoir atteint 8,15 milliards de dollars en 2017. Cette évolution est toujours défavorable,  et ce malgré une petite hausse des exportations (+276 millions de dollars), en parallèle les importations continuent d’augmenter (+268 millions de dollars).

→Poste revenus des facteurs: le poste « revenus des facteurs » (revenus primaires) a connu, lui aussi, un élargissement de son déficit qui s’est établi à 4,42 milliards de dollars en 2017 contre 1,57 milliard de dollars en 2016. La hausse des transferts de dividendes des autres investissements directs étrangers explique le creusement de ce déficit. 

→Transferts courants :  le poste transferts courants nets (revenus secondaires) continue d’enregistrer des excédents appréciables affichant 3,35 milliards de dollars en 2018, en hausse par rapport à l’année 2017 (3,08 milliards de dollars) dans un contexte d’appréciation de l’euro face au dollar. Il est important de rappeler que les flux entrants au titre des transferts courants sont constitués, dans une large mesure, de pensions de retraite versées par les caisses de retraites des pays de la zone euro et notamment la France.

Au final, le solde du compte courant de la balance des paiements enregistre son cinquième déficit consécutif après plus de quinze années d’excédents.

 

Rapporté au PIB, le déficit du compte courant de la balance des paiements s’élève à 9,7 % en 2018 (12,8 % en 2017) et traduit un excès de la dépense intérieure brute sur le revenu national disponible brut ou une insuffisance de l’épargne par rapport à l’investissement. 

 

Au total, le déficit du compte courant de la balance des paiements s’est réduit de 22,06 milliards de dollars en 2017 à 16,69 milliards en 2018 en raison principalement de la réduction du déficit de la balance commerciale. Compte tenu du léger excédent du solde du compte « capital et opérations financières » de 0,92 milliard de dollars, le solde global de la balance des paiements affiche un déficit légèrement inférieur à celui du compte courant, à hauteur de 16,69 milliards de dollars contre 21,76 milliards en 2017, 26,03 milliards en 2016 et 27,54 milliards en 2015.

Evolution du solde du compte courant 2000-2018

Voir le détail de la balance commerciale

Pour aller dans le détail des chiffres de la balance commerciale

Commerce extérieur 2018

Balance des paiements 2000 - 2018

Evolution du solde de balance des paiments 2000-2018

human-567563_1920
Définition de la situation monétaire

La Situation Monétaire est élaborée mensuellement. Elle inclut un ensemble de données portant sur la masse monétaire " M2 " et ses contreparties. C’est un document monétaire de base en Algérie.

La situation monétaire constitue un document important à plusieurs titres. 

Pour aller plus loin, le lien ici 

Calcul et évolution

0
Avoirs extérieurs
0
Crédit à l'Etat
0
Crédits à l'économie
0
Monnaie "M2"

Situation monétaire 2018

Pour l’ensemble de l’année 2018, la masse monétaire a augmenté de 11,18 % contre 8,38 % en 2017. Hors dépôts en devises et dépôts du secteur des hydrocarbures, elle a augmenté de 7,79 % ; les dépôts du secteur des hydrocarbures ayant augmenté de 58,95 % pour atteindre 1575,2 milliards contre 991,0 milliards à fin 2017 et ceux en devises ayant augmenté de 19,70 %. La forte hausse des dépôts du secteur des hydrocarbures est liée au remboursement par le Trésor d’une partie de ses dettes envers l’entreprise nationale des hydrocarbures (452 milliards de dinars).

 

Les contreparties de la masse monétaire

En contexte de légères dépréciations du cours de change, en moyenne mensuelle, de l’euro face au dollar entre décembre 2017 et décembre 2018 (3,8 %) et du dinar face au dollar (2,77 %) et en lien avec le déficit du solde global de la balance des paiements, les avoirs extérieurs nets (réserves de change exprimées en dinars) ont diminué de 15,5 % en 2018, passant de 11 227,4 milliards de dinars en décembre 2017 à 9482,8 milliards de dinars à fin décembre 2018.

Les crédits nets à l’Etat ont encore augmenté de 35,75 %, passant de 4691,9 milliards de dinars à fin décembre 2017 à 6369,2 milliards de dinars à fin décembre 2018 sous l’effet de l’augmentation des créances nettes de la Banque d’Algérie sur le Trésor qui passent de 1967,4 milliards de dinars à fin décembre 2017 à 3857,8 milliards de dinars à fin décembre 2018 (injection de monnaie).

Les crédits accordés aux ménages, essentiellement des crédits hypothécaires, ont atteint 787,2 milliards de dinars à fin décembre 2018 contre 656,7 milliards 11 de dinars à fin décembre 2017, soit une hausse de 19,9 % contre 22,4 % en 2017.

 

Opérations d'open market


L’accroissement de la liquidité bancaire, liée aux achats directs de titres du trésor (financement non conventionnel), à hauteur de 3371,2 milliards de dinars en 2018, a conduit la Banque d’Algérie, pour prévenir toute poussée inflationniste, à reprendre les opérations d’open market d’absorption de la liquidité à diverses échéances (24 heures, une semaine et un mois) le 08 janvier 2018 et à relever le taux de réserves obligatoires par deux fois : de 4 % à 8 % le 15 janvier, puis à 10 % en juin 2018. Cette conduite de la politique monétaire a permis de maintenir la dynamique des transactions et pérenniser ainsi l’ancrage des taux d’intérêt du marché monétaire interbancaire sur le taux d’intérêt directeur (taux des opérations d’open market à sept jours).

Evolution de la situation monètaire 2000/2018

human-567563_1920
Définition de la population

La définition de population englobe tous les résidents indépendamment de leur statut légal ou de leur citoyenneté, à l’exception des réfugiés qui ne sont pas établis en permanence dans leur pays d’adoption. Ceux-ci sont généralement considérés comme faisant partie de leur pays d’origine.

Pour aller loin cliquez ici 

En lien direct avec le déficit du solde global de la balance des paiements, les réserves de changes sont un indicateur important de la solvabilité du pays, compte tenu de la lourde facture des importations.


L’évolution des cours de change du dinar vis-à-vis du dollar et de l’euro traduit aussi bien l’évolution des fondamentaux de l’économie nationale (prix du pétrole, différentiel d’inflation avec les pays partenaires commerciaux, niveau des dépenses publiques…) que celle des cours des monnaies de nos partenaires commerciaux, notamment entre l’euro et le dollar, sur les marchés internationaux de change.

Evolution & structure 2018

0
Naissances vivantes
0
Décès
0
Mariages
0
Divorces
0
Divorces

En 2018, l’évolution des cours de change du dinar, en moyenne mensuelle, visà-vis de l’euro et du dollar reflète globalement l’évolution des cours de change de l’euro face au dollar sur les marchés internationaux. Entre décembre 2017 et mars 2018, le cours de change de l’euro face au dollar est passé de 1,18 à 1,23 dollar, soit une appréciation de 4,2 %. En revanche, l’euro s’est déprécié face au dollar de près de 5,3 %, entre mars et juin et de 2,5 % entre juin et décembre 2018.

En phase avec ces évolutions, le dinar s’est légèrement apprécié face au dollar de 1,01 % entre décembre 2017 et mars 2018 et s’est déprécié face à l’euro de 3,04 % sur la même période. Inversement, entre mars et juin 2018, le dinar s’est déprécié face au dollar de 2,51 % et s’est apprécié de 2,94 % face à l’euro. Entre juin et décembre 2018, le dinar s’est apprécié face l’euro de 1,26 % et s’est déprécié face au dollar de 1,3 %. Ainsi, l’évolution du cours de change du dinar traduit aussi bien la variation des taux de change des principales monnaies sur les marchés internationaux de change que l’évolution de certains fondamentaux de l’économie nationale (prix du pétrole, différentiel d’inflation, dépense publique).

 

 

Les réserves de change se sont contractées de 17,45 milliards de dollars, passant de 97,33 milliards de dollars à fin décembre 2017 à 79,88 milliards à fin décembre 2018, 5 soit légèrement plus que le déficit du solde global de la balance des paiements en raison de l’effet de valorisation négative de près de 1,73 milliard de dollars, lié à la dépréciation de l’euro vis-à-vis du dollar entre décembre 2017 et décembre 2018. Les diminutions annuelles des réserves de change, liées aux déficits du solde global de la balance des paiements, traduisent l’excès de la dépense intérieure brute de l’ensemble des agents économiques sur le revenu national ; autrement dit, quasiment l’excès des importations de biens et services sur les exportations. Dans les faits, ces déséquilibres sont générés par les importants déficits des finances publiques.

  

Sources

Les derniers indicateurs publiés

Découvrez les autres indicateurs

D'autres publications sur Algeria Business

Donnez vous de la visibilité

contact@algeriabusiness.info
Learn More

© 2019, AlgeriaBusiness. All Rights Reserved.