Agroalimentaire

La branche des industries agroalimentaires (IAA), représente un enjeux majeur pour l’économie algérienne. Les IAA ont pris une part importante dans les différentes politiques gouvernementales initiées depuis l’indépendance, dans l’optique d’assurer une sécurité alimentaire. 

Sommaire

Classement dans la nomenclature

La Nomenclature algérienne des activités (NAA) classe les industries agroalimentaires dans le secteur de l’industrie manufacturière (section D), branche des industries agricoles et alimentaires (division 10). La NAA distingue onze sous-branches des IAA : transformation et conservation de la viande,  transformation et conservation de poisson, transformation et conservation de fruits et légumes, fabrication d’huiles et graisses végétales et animales, fabrication de produits laitiers, travail des grains; fabrication de produits amylacés, fabrication de produits de boulangerie pâtisserie et de pâtes alimentaires, fabrication d’autres produits alimentaires, fabrication d’aliments pour animaux.

Dans les indicateurs statistique de l’ONS, l’industrie agroalimentaire est comprise au sens large, industrie agroalimentaire (division 10) auquel on rajoute la fabrication des boissons (division 11) et la fabrication des produits à base de tabac. 

Importance économique

Deuxième industrie du pays après les hydrocarbures et première industrie manufacturière, 38,2% en 2018 de la valeur ajoutée globale, les IAA ne cessent de prendre du poids dans le paysage économique, favorisée par : l’importance de la population, le soutient des prix par l’Etat, la part de l’alimentaire dans le budget des ménages et les changements dans les habitudes de consommation où les produits alimentaires transformés occupent une place de choix, 

Malgré leur importance, les IAA présentent certaines faiblesses dûs aux fondamentaux structurelles de l’économie algérienne, rentière et importatrice. Les IAA dépendent ainsi des aléas des prix des hydrocarbures, et des politiques sociales de l’Etat.

L’activité des IAA suit une croissance continue et les perspectives pour l’avenir sont prometteuses, entre l’accroissement démographique (2% par an) et l’élévation du pouvoir d’achat, la demande progresse en moyenne de 3 à 4% par an pour l’ensemble des produits alimentaires.

Les enjeux à venir pour la branche des IAA sont nombreux : réduire la facture d’importation alimentaire, réduction de la part des subvention dans les prix des produits alimentaires tout en continuant à protéger les  couches sociales défavorisées, les industries devront progressivement, grossir, se moderniser et se mettre aux normes internationales. 

Les indicateurs et indices clès

  • Production
    La production interne brute est l'agrégat fondamental du système comptable publique algérien.
    Lire plus
  • La valeur ajoutée
    Traduit le supplément de valeur donné par l'entreprise. C'est l'indicateur principal du calcul de la production interne.
  • L'indice de la Production Industrielle
    Sert à mesurer la variation des quantités produites dans les secteurs industriel. Son élaboration est fondée sur les changements qui affectent aussi bien la population des entreprises de production que la structure de la production et de la valeur ajoutée. 
    Lire plus
  • L'indice des Prix à la production Industrielle
    Les indices des prix à la production industrielle mesurent les variations des prix « départ usine » des produits. Ils excluent toutes les taxes, marges de transport et marges commerciales que l’acheteur peut avoir à payer.
    Lire plus
  • Le chiffre d'affaire
    Les indices de chiffre d'affaires (ICA) permettent de mesurer mensuellement l'évolution de l'activité des entreprises dans les secteurs de l'industrie, de la construction, du commerce de détail, des services personnels, du commerce de gros et des divers services aux entreprises.

Evolution et principaux chiffres en 2018

Croissance

0 %

Capacité de production

0 %

Valeur ajoutée

0

Part Public/privé

0 %

Chiffre d'affaire

0 %

Emplois

0
  • La croissance: 

Les Industries Agroalimentaires enregistrent une hausse de 4,4% en 2018 par rapport à l’année 2017 qui s’est caractérisée par une variation beaucoup plus importante (+8,2%). Cette tendance est observable au niveau des quatre trimestres de l’année avec des taux respectifs de +4,8%, +6,7%, +3,2% et +3,0%. Une nette décélération du rythme de hausse définit le travail de grains qui observe une évolution de +2,3% en 2018 par rapport à l’année précédente qui s’est distinguée par une croissance beaucoup plus importante (+20,4%). Cette tendance est le résultat des baisses constatées aux deux derniers trimestres de l’année avec des taux respectifs de -2,7% et de -1,8%, alors que les deux premiers affichent des hausses appréciables, respectivement +7,3% et 7,4%. 

 

En revanche, un net rebondissement, amorcé dés le deuxième trimestre, décrit l’industrie du lait en 2018. En effet, la production du lait a connu des hausses appréciables et progressives au cours des trois derniers trimestres de l’année, respectivement +4,1%, +13,6% et +16,5%, situant ainsi le taux moyen annuel à +8,0%.

 

De même, après un recul de 18,4% observé en 2017, la fabrication des produits alimentaires pour animaux enregistre une hausse de 4,5% en 2018. En dehors du quatrième trimestre qui accuse une régression de 20,1%, les trois premiers affichent des variations plus ou moins sensibles, respectivement +17,8%, +22,1% et +7,4%.

  • Utilisation des capacités de production
    Après un déficit de 4,9 points l’année écoulée, le taux d’utilisation des capacités de production de l’industrie agro-alimentaire passe de 56,7% en 2017 à 71,2% en 2018, gagnant ainsi 14,5 points.
  • La valeur ajoutée
    La valeur ajoutée de l'industrie agro-alimentaire dont le montant passe de 407474,1 millions de Dinars en 2017 à 433407,2 millions de Dinars en 2018, enregistre un taux d’accroissement annuel de +8,2% en 2018, soit une variation moins importante que celle relevée l’année précédente (+20,4%).
  • La valeur ajoutée public / privé
    La part de la valeur ajoutée dans les industries Agro-alimentaires est nettement dominée par le secteur privé. En 2018, elle se situe à 87,2% alors que celle du secteur public est de 12,8%. Il y a lieu de rappeler que la structure de la valeur ajoutée dans cette activité, entre les deux secteurs juridiques, s’est plus ou moins stabilisée et ce, depuis l’année 2012.
  • Evolution du chiffre d'affaire: 
    Les industries agro-alimentaires dont le montant passe de 154,3 milliards de dinars en 2017 à 124,6 milliards de dinars en 2018, inscrivent une baisse de 19,2%. Avec un poids de 27,5% en 2018, ce secteur occupe la seconde place dans la structure totale. Il occupait la première place en 2016 et 2017 avec des taux respectifs de 31,1% et de 34,0%.
  • Evolution de l'emploi
    Avec une part de 16% dans la structure totale, les Industries Agro alimentaires occupent la deuxième place en matière d’emplois. Le nombre de postes passe 18 477 en 2017 à 16 479 en 2018, enregistrant ainsi une perte de 1 998 emplois.
38.4%

Part dans la VA totale

Evolution de la valeur ajoutée par grand secteur

 

 

 

 

 

 

Evolution de la production brut par sous secteur

Indice à la production industrielle

0

Après une variation négative (-1,1%) enregistrée au premier trimestre 2018, l’industrie du lait marque un rebond en affichant des taux ascendants dès le deuxième (respectivement +4,1%, +13,6% et +16,0%) pour situer la variation moyenne annuelle à +7,9%. La fabrication des produits alimentaires pour animaux affiche également une hausse de 4,5%. La hausse touche les trois premiers trimestres de l’année avec des taux respectifs de +17,8%, +22,1% et +7,4%.

Pour l’année et pour tout le secteur des industries agroalimentaire la variation est positive, l’indice a gagné 41,5 point pour 2018

Indice des prix à la production industrielle

0

Les industries Agro-alimentaires affichent une hausse de 1,7% au 4ème trimestre 2018 par rapport au trimestre précédent qui s’est caractérisé par une baisse de 0,7%. Cette tendance est induite par l’augmentation des prix des produits alimentaires pour animaux (+6,4%) et celle de l’industrie du lait (+1,4%).

 

Pour l’année 2018, la hausse globale est de 4%

Production en quantité physique

Evolution du commerce extérieur

Pour aller plus en détails

Le commerce extérieur
Sources et références bibliographiques

Les derniers études sectorielles publiées

Découvrez d'autres études sectorielles

D'autres publications sur Algeria Business

Donnez vous de la visibilité

contact@algeriabusiness.info
Learn More

© 2019, AlgeriaBusiness. All Rights Reserved.