Agriculture

En Algérie, l’agriculture et la réduction de la dépendance alimentaire figurent officiellement au rang des priorités nationales. Cependant, malgré la mise en place de plusieurs réformes de développement agricole, l’Algérie ne suffit à ses besoins alimentaires qu’à hauteur de 70%. La facture alimentaire, présente un budget destiné à l’importation de produits agricoles parmi les plus importants au monde (17,6 % des importations totales) et qui fait de l’Algérie, l’un des plus grands pays importateurs net de produits alimentaires.

 

Sommaire :

wheat-1117267_1920

Classement

La Nomenclature algérienne des activités (NAA) classe l’agriculture comme premier secteur du domaine économique (section A). 

 

Au sens le plus large, ce secteur de l’économie comprend les cultures, l’élevage, la chasse, la pêche et la sylviculture. La nomenclature d’activités algérienne établit une distinction entre l’activité agricole (exploitation des ressources naturelles en vue de la production des divers produits de la culture et de l’élevage, division 1), la sylviculture et exploitation forestière (division 2), et l’activité de pêche (exploitation professionnelle des ressources halieutiques en milieu marin ou en eau douce, division 3).

 

Importance du secteur

Sur le plan structurelle la faiblesse de l’agriculture algérienne est un constat partagé par la littérature sur le sujet, l’examen des causes de cette faiblesse ne fait guère consensus, mais beaucoup s’accordent du fait de l’absence de continuité des politiques mises en oeuvre par l’Etat algérien depuis l’indépendance.

 

Au cours des 15 dernières années (2000-2014), la production intérieure brute agricole (PIBA) est passée, en pourcentage du PIB, de 8,3 % en 2000 à 9,2 % en 2010 et à 11,2 % en 2014, hausse imputée à un accroissement des productions maraichères et animales. Le produit intérieur brut du secteur agro-alimentaire s’est stabilisé autour de 5,6 % du PIB national à la fin du dernier plan quinquennal.

 

 

Les indicateurs et indices clès

  • Surface Agricole Utile
    La surface agricole utile (SAU) est un concept statistique destiné à évaluer le territoire consacré à la production agricole. La SAU est composée de : terres arables (grande culture, cultures maraîchères, prairies artificielles...), surfaces toujours en herbe (prairies permanentes, alpages), cultures pérennes (vignes, vergers...) Elle n'inclut pas les bois et forêts. Elle comprend en revanche les surfaces en jachère (comprises dans les terres arables).
  • Production intérieure brute agricole (PIBA)
  • Production végétale
    La culture, ou production végétale, est divisée en grandes cultures (céréales, oléagineux, protéagineux et quelques légumes), arboriculture fruitière, viticulture (production du raisin), sylviculture et horticulture.
  • Production animale
    L'élevage, ou production animale, vise à faire naître et élever des animaux pour la consommation directe (viande, poisson) ou pour leurs produits secondaires (lait, œuf, laine, miel, soie, etc).
  • Balance commerciale
    Lorem Ipsum doler

Suivis des principaux indicateurs

SAU

La surface agricole utile (SAU) s’élève à 8,4 millions d’ha, en 2012, ce qui représente 3,6 % de la superficie totale du pays. Les zones de parcours représentent 32,9 millions d’ha.La surface irriguée s’élève à 1,1 million d’ha, soit 13 % des terres cultivées. 4,2 millions d’ha de forêts et maquis complètent les terres à vocation agricole et rurale.

La culture, ou production végétale, est divisée en grandes cultures (céréales, oléagineux, protéagineux et quelques légumes), arboriculture fruitière, viticulture (production du raisin), sylviculture et horticulture.

 

 

 

Evolution du secteur en général

En 2018, le taux de croissance dans l’agriculture est appréciable et se démarque des contreperformances des années 2016 et 2017. Ainsi, après une croissance de la valeur ajoutée de l’agriculture de 1,8% en 2016 et de 1,0% en 2017, l’année 2018 renoue avec un taux de croissance supérieur évalué à 5,0%. La croissance du secteur de l’agriculture en 2018 est due à une production de céréales largement plus importante que celle de l’année 2017, soit 61,0 millions de quintaux en 2018 contre 34,8 millions de quintaux en 2017 mais également à un meilleur comportement des autres spéculations. Ainsi, la production végétale hors céréales connait un taux de croissance de 5,1% en 2018 contre 0,4% en 2017 à l’inverse la production animale enregistre une légère baisse de 1,2 % contre une croissance positive de 0,4 % en 2017.

Production végétale

Plusieurs filières agricoles ont connu des hausses de production durant la campagne agricole 2017-2018, en comparaison avec la précédente 2016-2017,

Il s’agit des céréales, des cultures industrielles, les maraîchères, les fourrages, les agrumes, les dattes, les viandes blanches et le miel.

 

  • Céréales
    La campagne agricole 2017-2018 a été marquée par une "importante" production évaluée à 60,57 millions de quintaux de céréales (toutes catégories confondues) contre 34,7 millions de quintaux enregistrés durant la campagne agricole 2016/2017, soit une hausse de 75% (plus de 25 millions de quintaux), selon les données statistiques de l'ONS.
  • Tomate
    La production de la tomate s'est élevée à 15.406.655 quintaux pour la campagne agricole 2017/2018, contre 12.097.326 quintaux la campagne précédente, soit 27% de plus.
  • Légumineuse
    Concernant la production légumineuse (toutes espèces confondues), elle a été évaluée à 1.376.378 quintaux contre 1.072.494 pour la campagne écoulée, soit un taux de croissance positif de 28%, souligne l'ONS. Selon les données de l'Office, toutes les espèces ont vu leur production en hausse à savoir les haricots secs (90%), les lentilles (55%), les pois chiches (30%), les fèves-féveroles (17%) et pois secs (16%).
  • Produits maraichers
    S'agissant de la production nationale des cultures maraîchères, elle a augmenté à 136,57 millions de quintaux, contre 130,2 millions de quintaux en 2017, soit une hausse de 5%. Par espèce, cette augmentation indique des taux de croissances positifs oscillants entre 1% et 64%. Les meilleures croissances concernent principalement l’ail (64%), petits pois (42%), courgettes (26%), choux fleurs (19%), choux verts (17%) et aubergines (17%). "En dépit de la hausse de la production nationale (+5%) en 2018, quelques espèces ont affiché des croissances négatives (haricots verts -5%, autres légumes -3%, oignions -1% et poivrons -1%)", ajoute l'Office national.

Production animale

L’effectif global du cheptel (toutes races confondues), s’est établi en 2018 à 36.013.296 de têtes, avec prédominance de la race ovine soit près de 80%.

Comparativement à 2017, l’effectif global n’a enregistré que 173.528 têtes de plus, soit l’équivalent de 0,5% seulement.

Cette hausse est imputable à la race ovine qui s’est distinguée par une augmentation de 330.392 têtes de plus par rapport à 2017. 

  • Viandes blanches
    Pour les viandes blanches, la production s'est établie à près de 540.369 tonnes, soit une augmentation de 2% par rapport à l'année écoulée.
  • Viandes rouges
    S'agissant de la production des viandes rouges, elle atteint près de 529.012 tonnes au cours de 2018, soit une diminution de 2,7% par rapport à 2017.
  • Produits laitiers et oeufs
    En matière de production de lait, les réalisations cumulées de l'exercice 2018 font état de 4,21 milliards de litres de lait dont 933.496 millions de litres collectés. Comparativement à l'exercice 2017, la production du lait a marqué des régressions de -6,9% et -4,4% respectivement pour la production et la collecte. La production d'œufs de consommation a été marquée également par un recul de - 4,4%. En effet, elle est passée d'une production évaluée à 6,57 milliards d'unités en 2017 pour atteindre 6,28 mds d'unités en 2018.

D'autres publications sur Algeria Business

Donnez vous de la visibilité

contact@algeriabusiness.info
Learn More

© 2019, AlgeriaBusiness. All Rights Reserved.

Donnez vous de la visibilité

contact@algeriabusiness.info
Learn More

© 2019, AlgeriaBusiness. All Rights Reserved.